AccueilPortail*GalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 23-01-09 balade à pied, chiens, négligence, empoisonnement

Aller en bas 
AuteurMessage
Minanga
Chaman
Chaman
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1611
Age : 46
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: 23-01-09 balade à pied, chiens, négligence, empoisonnement   Ven 23 Jan - 22:01

Bonjour à vous Very Happy

Et bien voilà, je vous confie un vrai roman, un périple intérieur, pfiou, j'suis fatigué !

Je suis devant la maison de mes parents et je m’en vais faire un tour dans le village (un vrai tour,
une boucle qu’il est parfaitement possible de faire dans la réalité).

Au bout d’un moment il y a quelques chiens qui se joignent à moi, j’en ai un peu peur mais ils se révèlent inoffensifs, plus loin je vois d’autres chiens (dont un ou deux plus impressionnants), je ne suis pas rassuré de passer près d’eux mais je me dis que les gentils chiens qui m’accompagnent
vont faire « distraction ».

C’est ce qu’il se passe, les chiens se reniflent et ne s’occupent pas de moi, du coup ces nouveaux chiens embrayent le mouvement et me suivent avec les autres, la route descend.

J’arrive à un endroit où la route passe sous un pont d’une ligne de chemin de fer.
Je me dis que je ne peux pas emmener les chiens plus loin, qu’après avec la route et la circulation cela devient dangereux pour eux et je ne pourrais pas tous les surveiller (les protéger). (je me visualise avec quelques chiens plus loin sur le parcours et je trouve que c’est pas une bonne idée même si ça à l’air de pas trop mal se passer)

Quelqu’un me propose de courir pour finir plus vite la boucle que je suis entrain de faire.
Je suis content de cette proposition et je me déshabille un peu pour courir, je sens que mes vêtements sont très serrés sur moi, que j’ai un look de « futur curé », vêtements mal assortis (une chemise vert sapin de noël avec un col à pointes longues, pull très serré en « matière qui gratte » rouge). Cela me fait penser à quelqu’un de coincé sexuellement, dans un rapport difficile avec son corps.

Je commence à courir, les chiens ne sont plus avec moi, la route remonte, je sens que j’ai du mal à courir, qu’il y a un problème, quelque chose parasite le mouvement de mes jambes. Je les regarde, je vois mes muscles qui travaillent, je regarde sur le côté droit et je vois mon mouvement comme
dans un miroir, malgré ma musculature le mouvement est faible et parasité.

2 copains (réalité : avec qui j’ai joué au foot ado) me doublent à droite, au début je pense qu’ils courent, je les reconnais et je leur dit à la cantonade « alors vous allez où comme ça les tafiolles ? »

Je suis content de les revoir. Je suis un peu libéré de l’entrave et je peux courir plus vite pour être à leur rythme, on échange des sourires et ils prennent de l’avance.

Arrivés en haut, au carrefour, je me rend compte qu’en fait ils sont à vélo.

Un peu plus loin à une autre intersection qui redescend chez mes parents, ils sont arrêtés où un d’eux fait de l’équilibre sur son vélo sur le trottoir mais il se plante un peu et réfléchis à s’améliorer.

Je me remet à courir dans la descente ressentant de moins en moins l’entrave.

Arrivé en bas, dans la rue, à 50 m de chez mes parents, il y a le portail d’une maison où j’ai eu des aventures amoureuses ados avec les filles qui s’ouvre quand je passe devant, je ne sais pas ce qui va en sortir ??

J’arrive devant chez mes parents, les ex voisins d’en face (ils ont déménagés depuis) sortent de chez les voisins de la gauche (maison mitoyenne), il y a la fille et son père (qui paraît complètement à l’ouest mais pas heureux), ils traversent la route pour rentrer chez eux mais la maison est
occupée par les nouveaux voisins… je comprends que les gens sortent dans la rue pour se souhaiter la bonne année.

Le père lance vaguement un « bonjour yann », je me demande si j’ai fais quelque chose de mal pour mériter si peu d’entrain !

Je vois arriver à gauche la maman des filles de la maison du portail qui s’était ouvert, elle me demande d’attendre, je ne sais pas pourquoi.

Je me retrouve dans la chambre de mes parents, il n’y a pas de mobilier, pas de lit, les gars avec les vélos sont là, je reconnais mon vélo, je leur fais l’article sur la qualité de ce vélo (c’est dans la réalité
mon premier VTT quand j’avais 19 ans aux couleurs noire et jaune de mon premier BMX quand j’avais 10-11 ans sauf que dans le rêve ce vélo a une suspension à l’arrière qu’il n’avait pas dans la réalité).
Je décris tout ce qui est encore d’origine, en gros tout SAUF la chaîne remplacée plusieurs fois , normal, pièce d’usure. Ils sortent et je me retrouve seul.

Je me demande où sont mes parents, je les visualise dans le salon, à l’autre bout de la maison, je les vois par derrière, mon père est allongé « ensaucissonné serré » dans une couverture, il dort ; la
Tv est allumée, ma mère est assise, je sais qu’elle regarde à moitié endormie.
Ils ont fermé les portes pour ne pas être gênés par le bruit.

Il y a beaucoup d’enfant de tous les ages dans d’autres parties de la maison et dans le jardin, certains que je connais et d’autres, non.

Mon attention revient dans la chambre et il m’apparaît une sorte d’écran sur lequel apparaît une ordonnance pour des médicaments. Je comprends que c’est un traitement qu’il faut que je donne à un des enfants, à ce moment je me rend compte que je ne sais pas où est Tom (mon dernier enfant
dans la réalité 2 ans ½). Je pense que je me suis trop occupé du reste et que du coup, j’ai pas fais attention à lui. Sans sortir de la chambre, j’essaie de détecter sa présence dans les environs, j’ai une mauvaise intuition, je regarde par terre et je vois la boîte de médicaments ouverte, piétinée, vide.

Après tout s’accélère, je sens que c’est une catastrophe, que c’est Tom qui a pris ça pour des bonbons, qu’il a tout mangé, j’ai pas été vigilant et en plus je ne sais pas où il est.

J’ai peur de le retrouver mort dans un coin. (Je ne sais pas quand il a fait ça tellement j’étais affairé par ailleurs.)

J’entends un bruit de râle dans le couloir, j’ouvre la porte de la chambre puis celle du couloir (portes conformes à la réalité) et c’est un enfant d’environ 6/7 ans qui me ramène Tom parce qu’il ne va pas bien… (c’est Tom et c’est moi petit, un mélange)

Tom est blanc/bleu/vert… ces yeux… mon dieu… il s’est empoisonné, il toussote et a des spasmes pour vomir, il reste des bouts de médicaments (des gélules et de la poudre blanche) plein sa bouche.

Je l’attrape sous mon bras droit et je vais dans la salle de bain (face à la chambre de mes parents), je pense au « grand point du vomissement » en acuponcture mais je ne le retrouve pas, je pense que je
n’ai pas de voiture pour l’emmener aux urgence, que je devrais prendre l’ordonnance, la boîte et que j’aurais honte de raconter ma négligence.
Je réalise parfois qu’il ne va peut être pas mourir que c’est pas forcément hyper dangereux.
Je le maintiens sous mon bras et c’est avec ma main gauche que je fais le nettoyage, je mets un doigt dans sa bouche pour enlever le plus gros et j’essaye de le faire vomir, je lui rince la bouche avec de l’eau.

Réveil


MERCI d'avoir lu jusqu'au bout Wink et merci pour vos lumières !


Dernière édition par Minanga le Dim 1 Mar - 10:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tétra
Chaman
Chaman
avatar

Féminin
Nombre de messages : 993
Age : 44
Date d'inscription : 21/10/2008

MessageSujet: Re: 23-01-09 balade à pied, chiens, négligence, empoisonnement   Jeu 5 Fév - 22:34

Bonjour Wink

Je viens de lire ton rêve, et j'avoue que certains points m'ont parlés pendant ma lecture, je me permet donc te faire part de mes sentiments du moment comme ils me viennent, sans approfondir:


Je suis devant la maison de mes parents et je m’en vais faire un tour dans le village.: Tu analyses ta vie et fait le tour de la question.

Au bout d’un moment il y a quelques chiens qui se joignent à moi, j’en ai un peu peur mais ils se révèlent inoffensifs, plus loin je vois d’autres chiens (dont un ou deux plus impressionnants), je ne suis pas rassuré de passer près d’eux mais je me dis que les gentils chiens qui m’accompagnent
vont faire « distraction »
: Ces chiens représentent tes enfants et ton appréhension vis à vis de ton petit dernier: quel impact ce petit dernier va avoir sur ta vie et celle de tes autres enfants.

C’est ce qu’il se passe, les chiens se reniflent et ne s’occupent pas de moi, du coup ces nouveaux chiens embrayent le mouvement et me suivent avec les autres, la route descend.: Tes enfants apprennent à sa connaître et à s'apprécier, mais te ton côté tu te sens mal et tu te retrouves sur une route descendante.

J’arrive à un endroit où la route passe sous un pont d’une ligne de chemin de fer.
Je me dis que je ne peux pas emmener les chiens plus loin, qu’après avec la route et la circulation cela devient dangereux pour eux et je ne pourrais pas tous les surveiller (les protéger). (je me visualise avec quelques chiens plus loin sur le parcours et je trouve que c’est pas une bonne idée même si ça à l’air de pas trop mal se passer)
: Tu doutes de tes compétences vis à vis d'eux. Tu as peur de ne pas être à la hauteur de la tâche demandée.

Quelqu’un me propose de courir pour finir plus vite la boucle que je suis entrain de faire.
: Tu n'en peux plus de cette situation, de ce sentiment d'impuissance qui te hante, et tu as hâte de sortir de cette situation, de trouver enfin la solution.

Je suis content de cette proposition et je me déshabille un peu pour courir, je sens que mes vêtements sont très serrés sur moi, que j’ai un look de « futur curé », vêtements mal assortis (une chemise vert sapin de noël avec un col à pointes longues, pull très serré en « matière qui gratte » rouge). Cela me fait penser à quelqu’un de coincé sexuellement, dans un rapport difficile avec son corps.: Ici, il en ressort un sentiment de mal être. Tu es mal dans ta peau, et tu es conscient que ce sentiment est dangereux pour ton entourage, et tu gardes l'espoir de te sortir de cette situation.

Je commence à courir, les chiens ne sont plus avec moi, la route remonte, je sens que j’ai du mal à courir, qu’il y a un problème, quelque chose parasite le mouvement de mes jambes. Je les regarde, je vois mes muscles qui travaillent, je regarde sur le côté droit et je vois mon mouvement comme
dans un miroir, malgré ma musculature le mouvement est faible et parasité.
: Tu as du mal à progresser dans ta vie, quelque chose t'empêche d'aller de l'avant. Quoi? Peut-être le fait d'être séparé de tes enfants puis que tu écris que "les chiens ne sont plus avec toi"?!

Je suis content de les revoir. Je suis un peu libéré de l’entrave et je peux courir plus vite pour être à leur rythme, on échange des sourires et ils prennent de l’avance.: Ces deux hommes te représentent. Peut-être le signe que pour arriver à progresser dans ta vie, tu dois arriver à faire avancer à l'unisson tes deux rôles de père. Trouver la bonne harmonie entre ces deux rôles.

Arrivés en haut, au carrefour, je me rend compte qu’en fait ils sont à vélo. : Donc, ils représentent bien tes deux couple.

Un peu plus loin à une autre intersection qui redescend chez mes parents, ils sont arrêtés où un d’eux fait de l’équilibre sur son vélo sur le trottoir mais il se plante un peu et réfléchis à s’améliorer.: Pour moi, cette partie fait référence à ta première femme.

Je me remet à courir dans la descente ressentant de moins en moins l’entrave.: Tu es en train de remonter le temps.

Arrivé en bas, dans la rue, à 50 m de chez mes parents, il y a le portail d’une maison où j’ai eu des aventures amoureuses ados avec les filles qui s’ouvre quand je passe devant, je ne sais pas ce qui va en sortir ??: C'est comme si tu revenais à l'époque où tu flirtais et où la vie était plus simple. L'amour sans couple...

Le père lance vaguement un « bonjour yann », je me demande si j’ai fais quelque chose de mal pour mériter si peu d’entrain !: Référence à ton père et à vos rapports que tu jugeais froids.

Je vois arriver à gauche la maman des filles de la maison du portail qui s’était ouvert, elle me demande d’attendre, je ne sais pas pourquoi.: Référence à ta mère.

Je me retrouve dans la chambre de mes parents, il n’y a pas de mobilier, pas de lit, les gars avec les vélos sont là, je reconnais mon vélo, je leur fais l’article sur la qualité de ce vélo.: Lol, pas facile!! What a Face
Il y a une sorte de régression. Comme si tu aimerais revenir à cette époque insouciante de l'adolescence. Pourquoi?! Peut-être tout simplement par besoin de te soulager de tout ce poids que tu portes (revenir à l'âge de l'insouciance). Ou peu-être, un désir inconscient de vouloir changer les choses, car tu parles de ta vision du couple.

Je décris tout ce qui est encore d’origine, en gros tout SAUF la chaîne remplacée plusieurs fois , normal, pièce d’usure. Ils sortent et je me retrouve seul.: Tu parles de toute la beauté d'avoir la chance de vivre en couple et donc, d'amour, mais tu ne précises pas que tu as changé de femme entre temps. Suspect

Je me demande où sont mes parents, je les visualise dans le salon, à l’autre bout de la maison, je les vois par derrière, mon père est allongé « ensaucissonné serré » dans une couverture, il dort: Ici, il y a référence, mais également identification à ton père. Avec le recul actuel que tu as sur ta vie, tu réalises que ton père était "ensaucissonné" dans sa propre vie, un peu comme toi actuellement et que vos marges de manœuvres d'action étaient et sont très limitées.

Il y a beaucoup d’enfant de tous les ages dans d’autres parties de la maison et dans le jardin, certains que je connais et d’autres, non.: On en revient à tes enfants, mais cette fois-ci le rêve les définis plus concrètement. Et tu trouves qu'il y en a beaucoup. Razz

Mon attention revient dans la chambre et il m’apparaît une sorte d’écran sur lequel apparaît une ordonnance pour des médicaments. Je comprends que c’est un traitement qu’il faut que je donne à un des enfants, à ce moment je me rend compte que je ne sais pas où est Tom (mon dernier enfant
dans la réalité 2 ans ½). Je pense que je me suis trop occupé du reste et que du coup, j’ai pas fais attention à lui. Sans sortir de la chambre, j’essaie de détecter sa présence dans les environs, j’ai une mauvaise intuition, je regarde par terre et je vois la boîte de médicaments ouverte, piétinée, vide.
: Sans rentrer dans les détails (car mon esprit faiblit What a Face ), je dirai qu'à force de te poser trop de questions sur toi-même..., tu finis par en oublier l'essentiel.

J’entends un bruit de râle dans le couloir, j’ouvre la porte de la chambre puis celle du couloir (portes conformes à la réalité) et c’est un enfant d’environ 6/7 ans qui me ramène Tom parce qu’il ne va pas bien… (c’est Tom et c’est moi petit, un mélange): Cet enfant est une partie de toi et de Tom, car vos histoires se rejoignent, se ressemblent. Tu as le sentiment de lui faire vivre ce que toi tu as déjà vécu.

Tom est blanc/bleu/vert… ces yeux… mon dieu… il s’est empoisonné, il toussote et a des spasmes pour vomir, il reste des bouts de médicaments (des gélules et de la poudre blanche) plein sa bouche.
: Tu as le sentiment de lui apporter un amour empoisonné.

Je l’attrape sous mon bras droit et je vais dans la salle de bain (face à la chambre de mes parents), je pense au « grand point du vomissement » en acuponcture mais je ne le retrouve pas, je pense que je
n’ai pas de voiture pour l’emmener aux urgence, que je devrais prendre l’ordonnance, la boîte et que j’aurais honte de raconter ma négligence.
Je réalise parfois qu’il ne va peut être pas mourir que c’est pas forcément hyper dangereux.
Je le maintiens sous mon bras et c’est avec ma main gauche que je fais le nettoyage, je mets un doigt dans sa bouche pour enlever le plus gros et j’essaye de le faire vomir, je lui rince la bouche avec de l’eau.
: Par corrélation, je pense qu'ici vos histoires se rejoignent: tu as réussi à évacuer tes sentiments négatifs vis à vis de ton père, et par la même occasion, tu retires tout ce poison de la bouche de ton fils. Je dirai qu'en ayant fait un gros travail sur toi-même et d'avoir bouclé la boucle (fait le tour du village), tu ne transmettras pas tous ces sentiments à ton fils.

Réveil -> LOL: Moi dodo! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minanga
Chaman
Chaman
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1611
Age : 46
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: Re: 23-01-09 balade à pied, chiens, négligence, empoisonnement   Ven 6 Fév - 20:44

Je sais que ce rêve est important, qu'une boucle est bouclée et j'aime bien ton retour !

Merci ! I love you

Tu me connais un peu maintenant, je laisse poser ça et je reviens pour allonger le commentaire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minanga
Chaman
Chaman
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1611
Age : 46
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: Re: 23-01-09 balade à pied, chiens, négligence, empoisonnement   Dim 1 Mar - 10:20

En relisant j'ai eu une toute autre lecture....

Je crois que ce rêve m'a permis de faire un tour par rapport au fidélités que j'honorais en reproduisant certains schémas de vie de couple de mes parents, assaisonnés de ma propre histoire enfantine...

Il parle du couple et de sexualité dans le couple.

Vélo d'origine (modèle du couple parental que je répète) dont seule la chaîne à été changée plusieurs fois (mes différentes compagnes)... bref effectivement à vomir....

Ce rêve date effectivement d'une période où certaines choses ont bougées à l'intérieur de moi dans ces domaines, j'ai vomis cette fidélité qui m'encombrais, j'ai gagné de la liberté d'agir, c'est boooon :[bizou2]:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 23-01-09 balade à pied, chiens, négligence, empoisonnement   

Revenir en haut Aller en bas
 
23-01-09 balade à pied, chiens, négligence, empoisonnement
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pétition contre l'empoisonnement des chiens de prairie
» Des chiens empoisonnés à la strychnine
» Chili: STOP à l'empoisonnement des chiens à la strychnine!
» Balade au Col de Jau (66) aout
» Petite balade entre Lyon et le col du Béal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Introspection :: Chambre :: Grimoire des songes :: Minanga(nanas-beh quoi?)-
Sauter vers: